002 Sur une indiscrétion de l'Union...

Publié le par serge pugeault

  Dans sa rubrique "indiscrétions" d'aujourd'hui (16 mars 2009), sous le titre "déçus", l'Union évoque la déception et la frustration (sic!) des responsables de l'association "Reims au Zénith" après leur entretien avec moi, et le fait que je n'aurais pas pris en compte leur "beau document" prévoyant une implantation du Zénith sur le site de la Sernam...
Il est chaque jour amusant de constater l'écart qui peut exister entre la réalité des faits et leur retranscription dans cette rubrique...

En fait de délégation de responsables de l'association, j'ai simplement reçu Stéphane Lang, colistier de Catherine Vautrin lors des dernières élections municipales, qui a souhaité me présenter le dossier du Zénith. Manifestement Monsieur Lang constitue donc une "délégation de responsables" à lui tout seul...
Monsieur Lang - "délégation de responsables", comme il convient donc de l'appeler, voulait connaître les intentions de la Ville quant à l'implantation d'un Zénith. Je lui ai rappelé ce que nous avons expliqué à plusieurs reprises: la Ville travaille activement avec un bureau d'études spécialisé sur l'hypothèse d'une salle multifonctions, c'est à dire qui puisse permettre à la fois des conventions d'entreprise, des spectacles, des manifestations sportives, avec une jauge d'environ 6 000 places. Avant d'exclure ou de retenir le label Zénith, elle souhaite mesurer ses avantages et ses inconvénients. J'ai informé sur ce point Monsieur Lang-"délégation de responsables" que je devais rencontrer prochainement le Président du Centre national de la Chanson des Variétés et du Jazz (CNV), organisme habilité à délivrer le label Zénith. Je n'ai pu cependant à ce stade m'engager sur un lieu d'implantation, excluant cependant le site du Sernam, sur lequel démarre très prochainement un projet d'aménagement privé.
C'est cette dernière réponse qui n'a pas plu à Monsieur Lang -"délégation de responsables", qui s'en tient sur ce point au programme de Catherine Vautrin. Il n'a pas non plus apprécié que je lui demande de ne pas se contenter de distribuer son "beau document" en couleur, mais de chiffrer également ses propositions tant en matière d'investissement que de fonctionnement...
En nous séparant je lui ai dit espérer que notre entretien ne se retrouverait pas  dans les indiscrétions de l'Union. Il m'en a donné l'assurance, ...et s'est ensuite manifestement empressé de contacter un journaliste. A chacun sa conception de la loyauté...

Post scriptum, qui n'a rien à voir avec ce qui précède: si vous n'êtes pas allés voir le film Welcome, courrez-y toutes affaires cessantes. Un film fort et bouleversant.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article